Resultat du Week End- Seniors A

13-05-2018 15:30
Seniors A 1 : 4 COQS ROUGES 2
Equipe A

Prochaines rencontres Seniors A

Resultat du Week End - Seniors B

Equipe B

Prochaines rencontres Seniors B

Rodo, loosers & Co

[Hors série] Spécial Nouvelle Année 2009

Coucou, tout d'abord, Bonne Année à tous pour cette nouvelle année 2009. Pour ce numéro spécial, je vous propose de rester en Corse avec une petite biographie pas piquée des vermisseaux de Pascal Olmeta. Vu qu'on m'a reproché de na pas encore avoir rédigé un article sur un gardien de but, c'est l'occasion avec notre ami corse. Ne pouvant figurer chez les loosers, eu égard à sa carrière, il mérite quand même le détour car c'est un personnage haut en couleur.

   Formé à l'I.N.F Vichy, ce gardien aussi fantasque que fou va marquer le foot français de son empreinte et pourtant sans avoir jamais été sélectionné en Équipe de France. Showman par nature, il sera le gardien qui voulait rentrer à cheval au Vélodrome, qui généralisera les sorties à 40m de ses buts quitte à se ridiculiser en prenant des buts stupides ou encore qui popularisera la nuque longue.

Corse au sang chaud, il débute sa carrière à Bastia en 82 qui occupe alors le haut de l'échiquier footballistique français. Après 2 grosses saisons, il part pour Toulon où il côtoie Roland Courbis et Albert Emon en fin de carrière, Luigi Alfano le tendre, Bernard Pardo, David Ginola et Bernard Casoni à ses débuts. Au contact de ces joueurs de caractère, dans un stade "Bon rencontre" chauffé au soleil, il se forgera un état d'esprit de battant qu'il insufflera à toutes les équipes où il est passé. Luigi Alfano raconte de lui : "il était complètement fou, pendant les stages il tirait à la carabine sur des boites de conserve à 6h du matin."

  Deux saisons plus tard, il part pour le Matra Racing de Lagardère qui tente de se forger un palmarès à coups de millions de francs : Bossis, Francescoli, Littbarski, Fernandez et Ginola sont attirés par les sirènes à billets. Fiasco terrible pour un groupe de star qui ne formait pas une équipe. Son parcours parisien s'achève sur une finale de coupe de France perdue face à Montpellier en 90.

  Alors que sa carrière semble s'enliser et que son parcours en sélection espoir n'est pas suivi d'une montée en A, il rejoint l'O.M en 90. Tapie ayant été séduit lors de la demi-finale de coupe de France précédente quand le Racing Paris 1 avait éliminé les hommes de la cité phocéenne au Vélodrome. La chance lui sourit car le titulaire du poste, Gaétan Huard se fracture la jambe en début de saison. Pascal en profite pour prendre place dans le but marseillais et participe au formidable parcours de la saison 90-91 qui verra l'O.M raté le triplé d'un cheveux. Quand à Huard,de retour de blessure, il ne récupère pas sa place et part dégouté faire les beaux jours des Girondins de Bordeaux ! Tant mieux !

  Effectivement, l'O.M est sacré pour le troisième fois consécutive en championnat, perd la finale de la coupe de France à la dernière minute contre Monaco(1à0) et un but de Gérald Passi. Mais surtout échoue au tirs aux buts contre à Bari contre l'Etoile Rouge de Belgrade. Olmeta restant les pieds dans le béton sur tous les pénaltys yougoslaves. Que de regrets car même si la saison suivante se conclut par un nouveau titre national, l'arrivée du jeune Fabien Barthez lors de l'été 92 lui fait perdre sa place et c'est du banc de touche qu'il gagne la C1 en 93 à Munich contre le Milan A.C.

  Barré à l'O.M, il rejoint alors L'O.L qui n'est encore qu'un club de seconde zone, pour y insuffler un état d'esprit vainqueur. Il y passera 3 saisons, devenant même le capitaine de l'équipe au maillot Justin Bridou. Pas avare de phrase de génie et bien vulgaire, je me souviens d'un jour de match où Lyon se déplace à Metz en plein hiver de je ne sais plus quelle année. Le terrain est enneigé, les conditions climatiques dantesque et l'O.L mène 2 à 1 à la mi-temps et à surement match gagné tant les messins sont faibles. Mais le temps se dégradant de plus en plus, l'arbitre est obligé d'arrêter le match et quand ce dernier vient annoncer sa décision au vestiaire lyonnais, une caméra de canal+ placée là, pu laisser entendre Pascal fou furieux de cette décision, lancer à son entraineur : "Alors on baisse le froc et on se laisse enculer !"  Véridique et Génial !!

  Malheureusement, l'histoire lyonnaise se termine sur l'affaire Jean Luc Sassus. Le défenseur, accusé par Olmeta de tourner au tour de sa femme (vu la gueule de Sassus on en doute...), lui asséna un  coup de poing en plein vestiaire qui lui fractura le nez. Mr Aulas en bon président ne fera pas de sentiment : dehors les 2. Pascal part alors pour l'Espagnol Barcelone tandis que Sassus est échangé contre Coupet alors à St Etienne. En Espagne, il ne connaitra que le banc et rentrera en Corse, au Gazelec D'Ajaccio. Mais il était dit que notre ami corse aurait une fin de carrière en eau de boudin car après avoir gagné leur place en D2 sur le terrain, le Gazelec ne montera pas en raison de la présence de l'A.C Ajaccio. Du coup, il raccrochera les gants et les crampons.

  On retiendra de lui, un joueur attachant complètement incontrôlable sur et en dehors du terrain mais un super gardien toujours prêt à se surpasser et qui donnait tout. Il s'essaya même à la chanson en 94 avec "Tape dans un ballon" où on sent qu'il a eu du mal à placer ses phrases sur le rythme. Un grand moment !! Il montra aussi qu'il avait des dispositions pour le business mais malheureusement toujours l'esprit corse quand il voulut vendre des montres à prix sacrifiés à ses coéquipiers. N'étant pas inscrit au registre du commerce, il écopa en 95 de 10 mois de prison avec sursis et 15244 euros d'amende. Bien joué !!  

Aprés sa carriére, il devint un berger en se refugiant dans "ses" montagnes corses mais conserva son esprit sportif : 4*4, jet ski, randonnées. Par ailleurs, il s'occupe de nombreuses associations et participe activement au développement du beach soccer. En 2005, il participa même à l'émission "la ferme célébrité" où il fut le candidat le plus intéressant quand il se permit après avoir gagné l'émission de traiter Mouss Diouf de "gros con".

Merci Pascal !!

 A bIENTOT